Le gaz naturel se substitue à la bouse comme source d'énergie des foyers tibétains

Publié le 2021-09-25 à 16:23  |  China Tibet Online

? Comme le temps s'écoule vite ! En l'espace d'un clin d'?il, il y a de cela déjà 70 ans depuis la libération pacifique du Tibet. Notre vie s'améliore de jour en jour.? déclare avec joie la vieille dame tibétaine Kelsang Dêqên, en se rappelant des changements du Tibet auprès des journalistes.

? Auparavant, notre famille habitait une maison basse et nous utilisions la bouse comme combustible pour faire la cuisine et faire chauffer de l'eau. Dans la journée, il nous fallait sortir chercher de la bouse et en transporter à dos chez nous. La bouse n'est utilisable qu'après être séchée à l'air. ? raconte Kelsang Dêqên. Le mode de chauffage et de cuisine à l'aide de la bouse ne nous permettait pas de se laver régulièrement, dit-elle.

Pour soutenir l'économie du Tibet et améliorer la consommation énergétique de la population locale, la société PetroChina a mis en ?uvre en mars 2010 le projet appelé ? la gazéification du Tibet ?, dont la source de gaz se trouve sur le champ de gaz de Sebei du gisement pétrolifère du Qinghai. En octobre 2011, la station à gaz naturel de Lhassa la plus haute du monde a été mise en service. Son fournisseur du Qinghai était en mesure cette année d'approvisionner 30 millions de mètres cubes de gaz pour la zone urbaine de Lhassa.

Selon Liu Xiaoyong, directeur de la station à gaz naturel de Lhassa, pour répondre à la demande croissante de gaz de Lhassa, ville connue comme la ? cité ensoleillée ? sur le plateau Qinghai-Tibet, on a renforcé la capacité de la station en 2018 et elle a commencé à refonctionner le 15 septembre 2019. Sa capacité de gazéification s'est élevée de 150 000 mètres cubes par jour à 350 000. Le volume du gaz naturel liquéfié de réserve est passé de 2000 mètres cubes jusqu'à 2900.

En 2017, vu que le travail de son gendre s'est progressivement stabilisé, Kelsang Dêqên a quitté sa ville natale Shannan et a suivi sa fille et son gendre pour s'installer à Lhassa. Désormais, elle habite dans un batiment en béton et utilise de l'eau courante et du gaz naturel.

? Maintenant le gaz naturel est disponible à tout moment, aussi pour un bain chaud. C'est très pratique. ? dit-elle.

? La station de gaz naturel de Lhassa est en service depuis 10 ans. Elle a déjà approvisionné 270 millions de mètres cubes au total, en remplacement d'environ 400 000 tonnes de charbon, permettant une réduction d'émission d'environ 1,1 million de tonnes de dioxyde de carbone et de poussières. Cela n'a pas seulement résolu le problème de chauffage des masses de Lhassa, mais a aussi atténué la pollution environnementale. ? déclare Zhao Ju, directeur adjoint et superviseur général de la sécurité de la filiale du Qinghai de la société PetroChina Company Limited.

(Rédactrice : Claire SHENG)

百度